2e dimanche de Carême B

Publié le 28 Février 2021

Gn 22, 1-2.9-13.15-18 ; Ps 115 ; Rm 8, 31b-34 ; Mc 9, 2-10

 

La semaine passée, nous étions dans l’épreuve du désert. Aujourd’hui, c’est Abraham qui est mis à l’épreuve, et une terrible épreuve ! Mais notre père dans la foi réponds à chaque interpellation : « Me voici ! ». Et il agit selon la parole du Seigneur. Comme Dieu le lui dit par la parole de l’ange, il a écouté la voix du Seigneur. C’est ce que Dieu nous demande lors de la Transfiguration de Jésus : « Écoutez-le ».

            Écoute et obéissance ont même racine. On voit quelle est l’obéissance d’Abraham, : il fait une totale confiance au Seigneur, il s’appuie sur sa parole plus que sur son propre jugement, ses sentiments… Saint Paul, dans sa lettre aux Romains, fait le pont entre la première lecture et l’évangile : « Dieu n’a pas épargné son propre fils, mais il l’a livré pour nous tous ». Le récit de la Transfiguration se situe entre deux annonces de la Passion. Là, c’est Dieu lui-même qui offre son Fils, son unique. On pourrait lui retourner ce qu’Il dit par l’ange à Abraham : « Tu ne nous as pas refusé ton Fils, ton unique ! » Dieu ne nous demande pas autre chose que ce qu’il fait lui-même. Ce n’est pas un tyran qui exige une obéissance aveugle de ses sujets pour les écraser, les humilier. Dieu agit, se donne et attend notre amour, notre confiance, en réponse car son don est toujours premier. Il nous demande d’écouter sa Parole, son Fils qui est sa Parole faite chair.

            Cette écoute/obéissance est source de Vie. Abraham reçoit la promesse d’une descendance innombrable, la vie à profusion, alors qu’il était prêt à sacrifier son unique descendant. Son geste est source de bénédiction, non seulement pour lui (ce n’est pas une récompense comme un bon point !), mais pour toutes les nations de la terre.

L’écoute/obéissance est féconde. Saint Paul comme saint Marc évoquent la résurrection de Jésus. Notre Seigneur Jésus, lui aussi, a écouté, s’est fait obéissant jusqu’à la mort. Il « est ressuscité, il est à la droite du Père, il intercède pour nous ». C’est notre foi. De nouveau, l’écoute/obéissance est source de Vie pour tous. Il ne s’en est pas « bien sorti » pour lui seul. Son don porte des fruits de Vie.

À la Transfiguration, le Père nous désigne son Fils bien-aimé et nous demande de l’écouter. Si nous mettons notre confiance en ce Jésus, Fils bien-aimé du Père, si nous écoutons, obéissons, alors notre vie sera féconde. Elle le sera dans le mystère pascal. C’est pour cela que Pierre, Jacques et Jean reçoivent comme consigne de ne pas en parler « avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts ».

            L’oraison de ce jour nous donne une belle synthèse des lectures :

« Tu nous as dit, Seigneur, d’écouter ton Fils bien-aimé ;

fais-nous trouver dans ta parole les vivres dont notre foi a besoin :

et nous aurons le regard assez pur pour discerner ta gloire. »

L’écoute de Jésus, l’écoute de la Parole de Dieu, nourrit notre foi. Nous n’avons pas à chercher ailleurs. Tout nous est donné dans la Parole. L’écoute/obéissance purifiera notre regard afin que nous puissions, comme Pierre, Jacques et Jean, voir la gloire divine qui habite notre Seigneur, nous pourrons vivre Pâques sans nous laisser déstabiliser par la Croix, la souffrance et la mort, car nous aurons déjà le regard tourné vers la Résurrection, vers la Vie que la Mort ne peut atteindre, que notre mort ne pourra retenir prisonnière, car le Christ est Ressuscité, il le Fils bien-aimé du Père, sa Parole vivante.

 

Sr Annick

Rédigé par Sr Annick Somville

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article