Nuit de Noël

Publié le 24 Décembre 2020

Nuit de Noël

Is 9, 1-6 ; Ps 95 ; Tt 2, 11-14 ; Lc 2, 1-14

Les textes de cette nuit sont lumineux, remplis de joie. C’est vraiment toute la clarté de Noël qui éclate dans la nuit… déjà comme à Pâques. Je le dis souvent, mais c’est vrai, Noël, c’est Pâques.

Mais cette nuit-ci ?

Tant de personnes à l’hôpital, des services médicaux surchargés, le personnel épuisé ; tant de personnes en deuil à cause de la Covid, partout dans le monde, à cause de la violence, de la guerre, du terrorisme, partout dans le monde aussi ; tant de personnes, en Belgique et ailleurs, tristes de ne pouvoir se rencontrer, fêter ensemble la Noël, ne pas pouvoir prendre un repas en famille, même petite, et, pour les croyants de toutes confessions, ne pas pouvoir (ou presque) célébrer l’eucharistie en assemblée représentative si pas encore normale… Et j’entends la question : mais quoi ? C’est Noël aujourd’hui ? ça rime à quoi vos chants, votre joie dans toute cette misère ?

J’écoute Isaïe et Luc qui se font écho, s’éclairent mutuellement. Oui, des liens soutent aux yeux. Mais il y a aussi des contrastes.

Isaïe parle d’un enfant, l’Emmanuel, mais en fait de naissance, il s’agit en réalité d’une intronisation royale. Ça a un poids certain. On en parlerait à la télévision, sur internet et dans les réseaux sociaux, si c’était aujourd’hui. Mais l’évangile ?

Bien sûr que non. Vous pensez, un enfant ! Car là il s’agit d’une vraie naissance d’un petit bébé comme tous les autres, qui par manque de chance naît lors d’un déplacement un peu forcé. Migrant, peut-être pas, mais proche car il naît « en route », dans des conditions précaires. Pour ne pas déranger, sa mère accouche dans l’étable, au milieu des animaux. Comme les naissances bousculées par la pandémie, comme les naissances sur l’île de Lesbos ou en tant d’autres endroits…

L’Annonce de sa naissance est faite par un ange de Dieu, une troupe céleste se met à chanter : tous les programmes tv de cette nuit, internet et les réseaux sociaux sont battus à plate couture. Mais… l’Annonce, si grande, si merveilleuse, si solennelle, … est faite à des bergers, en pleine nuit, à la campagne. Notre Dieu n’est quand même pas au point au niveau de la communication !

En plus, le message est extraordinaire : « Aujourd’hui, un Sauveur vous est né ! » Nous y voilà, on l’attendait le vaccin, on va bien vite être délivrés de ce virus qui nous empoisonne la vie depuis des mois, presque un an, la vie va reprendre comme avant ! … Minute ! écoutons jusqu’au bout. Le signe qui est donné ? Un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire !

Un nouveau-né, s’il est de sang royal, ça peut faire éclat, attirer l’attention, être à la une des journaux… Mais couché dans une mangeoire, qu’est-ce donc que cela !!!??

Voilà la vraie Joie de Noël. À contre-courant, le Seigneur ne cherche pas à attirer les foules, à faire miroiter des choses merveilleuses mais éphémères, peu sûres, factices. Noël nous prend à rebours. Notre Dieu se fait l’un de nous, dans un nouveau-né, fragile, il se donne en nourriture, La Vie a pris chair pour nous donner la Vie, sa Vie. Il s’adresse dans le silence de la nuit aux petits, aux exclus. Mais sa naissance est la seule Bonne Nouvelle ! L’ombre de la mort ne l’emportera pas, les ténèbres se déchirent déjà, la Vie l’emporte sur la mort. Ce que le roi intronisé dont parlait Isaïe devait apporter à son peuple, se réalise aujourd’hui mais de manière inattendue, beaucoup plus forte, plus grande encore. Le Roi est ce nouveau-né, il est la Parole de Dieu faite homme. Son nom est bien sûr, Emmanuel, mais aussi « Conseiller-merveilleux, Dieu-fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix ». Cela semble incroyable. Oui si c’était une histoire humaine mais ce qui le réalise, c’est « l’Amour jaloux du Seigneur de l’univers » !

            Alors, oui, Joyeux Noël !

Sr Annick

Rédigé par Sr Annick Somville

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article