Méditation pour la Toussaint

Publié le 1 Novembre 2020

Méditation pour la Toussaint

Ap 7, 2-4.9-14; Ps 23; 1 Jn 3, 1-3; Mt 5, 1-12a

Il est bon que nous puissions célébrer notre dernière eucharistie avant… ?? pour la Toussaint. Non seulement parce que c’est une grande fête, parce qu’après la première vague, pour beaucoup de personne c’était enfin le moment de faire mémoire des défunts enterrés un peu vite, sans eucharistie, … C’est bon parce que cette fête, et ses lectures, vient éclairer ce que nous avons vécu ces jours.

 

L’Apocalypse nous montre la foule immense qui se tient devant le trône, devant Dieu donc, et devant l’Agneau. Ils reviennent de la grande épreuve, ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies dans le sang de l’Agneau. Étonnante façon de blanchir du linge !

Comment ne pas penser à ces trois personnes assassinées d’horrible façon à Nice, alors qu’elles allaient simplement à l’église pour prier ou permettre à d’autres de prier. Ils ont blanchi leurs robes dans le sang de l’Agneau, ils sont dans le cortège de la foule immense qui chante Dieu, les palmes à la main.

 

Voyez quel grand amour nous a donné le Père, nous écrit saint Jean ! Il fait de nous ses enfants. À force d’entendre ces lectures, est-ce que nous réalisons l’immensité de ce don gratuit ?

Bien sûr, ça ne se voit pas encore, cela n’est pas encore manifesté. Car le monde ne connaît pas Dieu. Aujourd’hui nous nous égorgeons, nous méprisons, nous appelons au rejet … au nom de Dieu. Mais ce sont des caricatures de Dieu.

Quand cet amour sera manifesté aux yeux de tous, quand notre filiation sera manifestée, nous serons semblables au Père ! Puisqu’il est notre Père. Et nous le verrons tel qu’Il est.

Quelle joie immense de voir Dieu face à face !

Si telle est notre espérance, notre désir, nous dit saint Jean, nous nous rendrons purs comme lui-même est pur. Non par obligation. On parle trop aujourd’hui en termes de droits, de lois… C’est notre cœur qu’il faut changer pour que de telles tueries n’arrivent plus. Pas les lois. Nous savoir aimés de Dieu à ce point, nous savoir son enfant bien-aimé, nous transforme.

 

Alors, oui :

Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.

 

En ces jours, nous pensons aussi à ceux qui pleurent. Ils seront consolés par Dieu lui-même, par notre Père.

 

Sans oublier :

Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu.

 

Bonne fête de Toussaint !

 

Sr Annick

Rédigé par Sr Annick Somville

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article