Sainte Trinité - A

Publié le 7 Juin 2020

Aquarelle méditative de Lode Keustermans

Aquarelle méditative de Lode Keustermans

Ex 34, 4b-6.8-9; AT 40 [Dn 3, 52...]; 2 Co 13, 11-13; Jn 3, 16-18

 

Qui est Dieu ? Quel est ce Dieu auquel nous croyons ?

 

Quand nous étions enfants, on nous a appris à faire notre signe de croix. Encore une trace de notre baptême. C’est alors que nous avons reçu ce signe des chrétiens. Nos parents, parrain et marraine, l’ont tracé sur notre front pour la première fois. Puis, grandissant, nous avons appris à faire sur nous même ce geste au début d’un temps de prière, à la messe, à l’école, à la maison.

 

Comme souvent, une parole accompagne le geste : « Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ». Autant le terme « Trinité » nous semble déjà compliqué, autant ces paroles nous sont familières, depuis toujours. Depuis le début de notre vie avec Dieu, depuis notre baptême, nous savons que notre Dieu est Père, Fils et Esprit. Une formulation qu’on retrouve dans les « doxologies », quand nous rendons gloire à Dieu. J’aime beaucoup la formulation ancienne : « Gloire au Père par son Fils dans l’Esprit ». On y sent le mouvement qui anime la Sainte Trinité. L’un se donne à l’autre et réciproquement… La finale de la deuxième lettre de saint Paul aux Corinthiens en forme de bénédiction est assez semblable (on la reprend à l’eucharistie) : « Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu (le Père, ajoute la liturgie) et la communion du Saint-Esprit soient avec vous tous ».

 

Voilà qui est notre Dieu. Et il s’était déjà révélé à Moïse comme « Le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité ». Un Dieu qui marche avec son peuple et qui pardonne. Dieu n’est absolument pas statique, lointain, il marche, il accompagne les siens dans leur histoire concrète. Notre Dieu est épris de relations, il aime, il pardonne.

Saint Jean le confirme : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique » pour que nous ayons la Vie éternelle. Pas pour juger le monde mais pour le sauver. Et nous savons à quel prix ! Nous l’avons célébré lors de la semaine Sainte.

 

Mais alors, comme le disait une chanson autrefois « on ira tous au paradis » ou encore comme à « l’école des fans » où tout le monde gagne ? Non. Le Seigneur attend de nous la foi. « Celui qui croit en lui échappe au Jugement ». Notre Dieu Trinité est mouvement d’amour, don infini. Ce n’est pas une toupie qui tourne sur elle-même. Notre Dieu s’engage : Incarnation, Passion, Résurrection. Il a aimé les siens jusqu’au bout. Jésus a pris sur lui notre humanité, il a donné sa vie. Mais l’amour appelle la réciprocité. Dieu attend de nous que nous l’aimions et qu’avec lui nous aimions l’humanité, nos frères et sœurs, nos proches, notre prochain. En ce jour nous ne fêtons pas un dogme, un explication théologique ardue (une sorte de théorème pour théologiens). Nous célébrons Dieu, Amour qui se donne…

 

Sr Annick

Rédigé par Sr Annick Somville

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article